mardi 31 mars 2009

Jacques Lange par Paolo Roversi


Kris Seraphin-Lange par Jacques Lange

L'autoportrait, figure de l'artiste par lui-même, est un exercice que de nombreux peintre ont pratiqué. Le genre, qui semble absent dans l'antiquité, et exceptionnel au Moyen Âge, émerge avec la Renaissance, lorsque l’individu devient en soi un centre d’intérêt majeur.
La création de la peinture a été rapportée à la vision de Narcisse se contemplant dans son miroir (Alberti) et se réfère donc directement à l’autoportrait. Au delà de l'introspection, l'autoportrait fut une manière commode d'exercer sa technique (le modèle le plus facilement disponible étant soi-même).

Eblouir et régner: les fastes du costume de cour exposés à Versailles

L'habit ruisselle de diamants, la robe "à panier", de broderies d'or et d'argent : à partir de Louis XIV et sous son impulsion, l'habit de cour et le luxe inouï des vêtements d'apparat vont s'étendre dans toutes les cours d'Europe, comme le raconte la nouvelle exposition du château de Versailles.

Vannina Vesperini

Valerie Steele

Valerie Steele and her conference in Mexico city and her Gothic Dark Glamour exhibition.

Last week, Valerie Steele came to Mexico city to inagurate her favorite exhibition so far: Gothic, dark glamour. She gave a conference explaining why she chose gothic as a topic.


lundi 30 mars 2009

Adeline Virginia Stephen




Née en 1970 à Alger, diplômée de l’Ecole Nationale des Beaux-Arts d’Alger en 1997 et de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Paris en 1998, Nadia BENBOUTA est une jeune peintre qui s’engage et dans sa vie et dans ses opinions. Elle ne défend pas des convictions toutes faites mais questionne, interroge…
Son travail, nourri des problèmes de notre société, s’articule très souvent autour du langage qu’il soit d’un registre littéraire ou familier. Le texte est ensuite imprimé sur un objet. De la rencontre entre le texte imprimé et cet objet naît très souvent un décalage, source d’humour ou espace d’interrogation.
Ainsi, elle s’interroge en imprimant sur une nuisette : "Avons-nous toutes droit à l’IVG ?"

Mais devant les massacres qui se perpétuent en Algérie, les mots disparaissent. Restent les portraits de ceux qui sont morts qu’elle imprime en sérigraphie sur un fond violemment coloré en restituant la présence des disparus et incarnant l’horreur de la folie meurtrière.

samedi 28 mars 2009





Abelardo Espejo Tramblin

Colonnes d'eau, œuvre de 18 mètres de hauteur en acier inox, réalisée et installée sur l'autoroute Granada-Motril, en octobre 2008.

Vannina Vesperinni.


jeudi 26 mars 2009

Jacques Lange

Ray Charles, le soleil noir, fait fondre le Lac Salé. 1994. Photo Jacques Lange © Paris Match
« J’aime porter un regard décalé sur les personnages que je photographie »
Photographe à Paris Match depuis 1979.
Il intègre la rédaction grâce à un scoop : des photos exclusives du président algérien Ahmed Ben Bella. Une de ses plus belles rencontres restera celle d’Helmut Newton en 1993 lors du procès Villemin. Imposé par la direction du journal, Jacques le guidera durant toute une semaine.
« Il m’appelait son chien d’aveugle, son ange gardien. Il m’a charmé comme il sait si bien le faire. En fait, il m’a appris l’indispensable de la photographie: la séduction »
Au fil des années, Paris Match change de style, passe du noir et blanc à la couleur… de la spontanéité à la scénarisation.
« Il est loin le temps où l’on partait avec nos sujets pendant plusieurs jours pour une séance photo » Aujourd’hui, il faut rapidement saisir l’instant qui fera la différence tout en respectant la ligne inébranlable de Paris Match : le choc des photos.

Heidi Morawetz

Heidi Morawetz has every make-up artist’s dream job. As creative director of Chanel’s make-up studio in Paris, she gets paid to play - her favourite word - with glitter and gloss, shimmer and shine in pursuit of beauty’s Next Big Thing.

Working closely with Dominique Moncourtois - international make-up director at Chanel since the introduction of its skincare and cosmetics ranges back in the Seventies - Morawetz is responsible for creating the “face” of each season, first glimpsed by the fashion and beauty pack on the ready to wear runway.

The same colours seen on the catwalk comprise the “Look Of The Show”, Chanel’s seasonal make-up collection, of which the star product is the edition ephémère - a one-off, catch-it-while-you-can lip gloss, eyeshadow palette or nail polish which routinely results in lengthy waiting lists and desperate phone calls to stores overseas.

It was Morawetz who created Chanel’s infamous Rouge Noir nail polish - otherwise known as Vamp - for the autumn/winter 1994 catwalk. The blood red shade which launched a thousand lookalikes - concocted moments before the start of the show by mixing black and red polish - remains the company’s bestselling colour and is credited as starting the whole nail-polish-as-fashion-accessory trend. ‘Rouge Noir was just the beginning,’ says Morawetz. ‘After that, everyone started doing crazy things with nail polish and now it is being worn in a different way - more like jewels. It’s become much more fun, for those wearing it and for us making it.’

Dubbed “The Autumn Of A Thousand And One Lights”, Chanel’s autumn/winter 2000 make-up collection won’t disappoint those hoping to sparkle or smoulder during the millennium celebrations. For the catwalk, no less than 80 models were transformed into pale-faced, futuristic rock chicks with heavy, smudgy kohl-rimmed eyes - ‘like The Pretenders’ Chrissie Hynde,’ laughs Morawetz - and glittery cheeks and lips, using the new season’s limited edition must-have, Eclats Cosmiques (£16), a creamy, coppery lip and cheek colour with a central core of silver glitter.

‘We try not to do exactly the same thing on every girl,’ explains Morawetz, who - with her team of backstage make-up artists - adapted the “Look Of The Show” to suit a flock of familiar faces, including Kirsty Hume, Stella Tennant, Esther Canadas, Gisele Bundchen, Bridget Hall, Trish Goff, Erin O’ Connor and Maggie Rizer. ‘Each girl has her own personality and we try to respect that. We decide what we are going to do before the show, at the fittings, and write everything down on lots of little pieces of paper - who looks better with stronger lips or heavier eyes ... This time, I had more notes than usual, and we had a 5.30 am start.’

While the new colours will not hit counters until September 6 - nail polish addicts should get their orders in now for Le Vernis (£11.50) in glittery Satellite and Lacque Reflet Immédiat (£11.50) in Opalin, a super-shimmery, light-reflective top coat - Morawetz, is already working with Dominique Moncourtois on their vision for spring/summer 2000.

‘I love going into the labs, trying out fun new stuff and playing with special effects,’ she enthuses. ‘Everything around me inspires me - plastic, metal, mirrors, leather - and I’m always working with the labs to try and translate a certain special effect into the make-up. I’ll take in a piece of fabric or plastic wrapping paper, for example, and see if we can do something great with it. The other day, I took in a piece of taffeta because I liked the way the colour changes depending on how you look at it. I’d like to do something with that for the spring nail colours. And the technology today is really wonderful, we have these incredible pigments now which are surrounded by moisturisers so they glide onto the skin and never feel heavy.’

Despite the fact that she has been with Chanel for 18 years - she was working as freelance make-up artist and stylist when Moncourtois snapped her up - Morawetz talks about make-up with all the passion and excitement of a teenager discovering it for the first time, smearing stripes of creamy colour on to the back of her hand and sprinkling it with glitter to demonstrate an “incredible texture” or “fun special effect” of an eyeshadow or lip shine.

‘I went to art school in Vienna and have always loved drawing and painting - I was always very bad at mathematics!’ she laughs. ‘Playing with make-up is like a game. If you’re good at it, you can make someone’s personality shine through.’

An impossibly youthful fiftysomething, Morawetz’s radiant looks are testament to Coco Chanel’s philosophy that “the real aim of make-up is not to adorn but to beautify; and whenever that goal is achieved, the face takes on the look of youth.”

What essentials wouldn’t she be without? ‘A black crayon for my eyes - I like it when it’s slightly smudged - and a very sheer foundation, our Teint Caresse in Radieux, with a little loose powder on the top.’ She has also been dipping into the new lip and cheek glitter. ‘I just put it on my lips for a little fun, although of course when you are young, everything is permitted,’ she laughs. ‘Whatever a woman’s age, make-up should be a pleasure to use, it shouldn’t be hard work or a question of thinking “Oh, I have to throw some make-up on”.’

Although Morawetz was not involved with the formulation of the company’s new state-of-the-art skincare range, Précision - launching worldwide on September 20 - she was given products to try during the development stages. ‘They get me to test everything because I have very sensitive skin,’ she says. ‘I also have to make sure that a moisturiser, for example, will work with foundation on top.’

The Demaquillant Biphase eye make-up remover - a must-have for autumn/winter rock chicks who don’t want to ruin their pillows - is a firm favourite. ‘In one second, everything’s gone - at the shows, I need something which is really good and really fast,’ she says.

So, along with two-tone, taffeta-inspired nail polishes, what else can we expect next year? ‘The year 2000 will be all about our earth and the opposites in our environment,’ offers Morawetz cryptically. ‘The North and South Pole, hot and cold ... it’s going to be very beautiful.’ And you just know you’ll have to have it.

La République...

La République (en grec : Περὶ πολιτείας / Perì politeías, « de la constitution » ou simplement Πολιτεία politeía, « la constitution »), aussi nommée La Politie dans les milieux philosophiques, est un dialogue de Platon portant principalement sur la justice dans l'individu et dans la Cité. Il s'agit de l'ouvrage le plus connu et le plus célèbre de Platon en raison, entre autres, du modèle de vie communautaire exposé et de la théorie des Idées que Platon y défend.


Camille Miceli

Camille Miceli, c’est la fashionista par excellence. Quand le commun des mortels est ami avec Pierre, Paul ou Jacques, elle vous parle d’Azzedine (Alaïa), de Karl (Lagerfeld) ou encore de Marc (Jacobs). Forcément, la directrice artistique de la joaillerie
chez Louis Vuitton a travaillé avec chacun de ces maestros de la haute couture, gérant la communication avant
d’intervenir dans l’organisation de ces prestigieuses maisons. L’envie de créer la tenaillait depuis longtemps, c’est Marc Jacobs qui va l’encourager à franchir le pas. « Dix jours avant le défilé de l’été 2003, Marc m’a demandé de créer une paire de boucles d’oreilles. Je ne pouvais plus reculer ! » dit-elle dans un éclat de rire.

Camille Miceli porte un chemisier transparent, rose shocking, sans aucun dessous. Son style hors code s’impose d’emblée. Elle est de celles qui assument toutes les audaces. Mieux, elle s’en amuse ! Son appartement lui ressemble : acidulé, drôle, extravagant. Ses murs sont recouverts d’oeuvres d’art signées, entre autres, de l’artiste japonais Takashi Murakami, qui collabore avec Marc Jacobs pour Louis Vuitton. Comme cette table basse, sculpture fleur, inspirée de l’imagerie manga, pop et décalée. Dans son dressing, Camille Miceli imprime la même élégance moderne. Une multitude de boîtes à chaussures souvent siglées Vuitton s’érige au sol. Sa penderie recèle des trésors : des pièces vintage et plus récentes de grands couturiers. Hippie chic, glam rock, classique sophistiqué… Avec humour et talent, Camille Miceli sait jouer avec la mode. « J’aime associer les contraires, créer des clashs.

mercredi 25 mars 2009

Patrizio Miceli

Ne pas se fier à ses airs d'ado aux manières parfaites - tendance Lucien de Rubempré mâtiné de Rastignac. Ne pas se laisser égarer par son allure de dandy post-moderne - il arbore comme personne smoking ou velours rouge très Barbey d'Aurevilly dans ses repères du Xe arrondissement. À 31 ans, Patrizio Miceli n'est ni un ange, ni un démon, pas davantage une fashion victim. Il est plutôt celui qui nous transforme tous en recessionistas : il est le premier à avoir su capitaliser sur la crise à coup de slogans imprimés sur stickers et T-shirts en édition limitée (on en est à la troisième vague, dessinée par des créateurs) qui se sont arrachés chez colette et bientôt chez Barney's. Au choix, " Karl, Marc et John adooorent la crise ", " Si la crise devient mondiale, je quitte le pays " ou dans les dernières versions destinées au marché américain " La crise sent me a friend request ".

Cette blitzkrieg sur l'effondrement financier n'est-elle qu'un avatar de la hype la plus pointue ? Non. Même si le jeune Patrizio maîtrise tous les codes de la fashion et de l'art. Son nom fait en effet se pâmer esthètes et fashionnistas : les Miceli, c'est une dynastie, où le père est éditeur d'art, la mère journaliste influente, et la soeur un mythe de la galaxie Marc Jacobs chez Louis Vuitton... Cela donne de l'entregent. Pas un métier ni un prénom.

À dire vrai, Patrizio n'a pas attendu la fin 2008 pour s'en faire un. Éducation classique, école de commerce et premier job en 1999 chez Chanel pour une mission de veille technologique sur les sites Internet alors que l'honorable maison de la rue Cambon entre dans l'ère du web... Il ne s'ennuie pas mais veut voler de ses propres ailes. Sur une manière d'intuition, il devient marchand de babouches. Enfin de celles que l'on arbore à East Hampton ou chez les Orléans-Bragance à Parati (Brésil). Succès immédiat, développement et revente rapide. Morand aurait adoré ce garçon : c'est un homme pressé.

En 2004, il crée son agence de branding, Al Dente. Un clin d'oeil à l'Italie, à maman - dont les pasta parties sont la version XXIe siècle du salon des Guermantes - mais également un nom qui joue entre le " bien, trop, pas assez cuit ". Et cet équilibre entre fantaisie et sérieux, c'est sa marque de fabrique. Premiers clients ? Chanel, Gucci group, Estée Lauder et les autres pour des missions classiques de stratégie de marque et de mise en musique de leur communication. La vraie bonne idée ? Un concept " Muso " - comme " muse et museau ", précise-t-il en souriant... il s'agit d'aller renifler sur les marchés émergents la bonne tendance en étudiant la bonne population. Pas pour se promener. Ce bourlingueur chic et choc - il a fondé un réseau de voyageurs sur Internet, - sait que le luxe n'est pas qu'une affaire bulles de champagne. " Les clients veulent du concret et du résultat ". Quand il part à Tokyo, au Brésil ou à Hong Kong pour analyser les faits et gestes de micro-tribus, identifiées par les marques comme des cibles commerciales, le cahier des charges fait passer la lecture d'un arrêt de la Cour de justice des Communautés européennes pour du Barbara Cartland. Au retour, c'est une valise, stricto sensu, qu'il livre au client : de la musique écoutée par les zoziaux observés jusqu'à leurs habitudes alimentaires, l'ensemble est plus réjouissant mais tout aussi documenté qu'une étude du CNRS. Avec un avantage. Elle est performative : " J'arrive avec des propositions concrètes de développement de produits ou de choix de lieux d'implantation ".

Une activité qui marche bien jusqu'au moment où fin 2008 " le téléphone s'est grippé ", comme il dit... mais bon, " plutôt que se subir, mieux vaut réagir et en rire ". Le 1er décembre, l'idée de jouer avec la crise à coup de slogans naît. Le 5 décembre, le site est en ligne, le 15 décembre les premiers T-shirts sont chez colette, les radios, les télés s'emparent du phénomène. Et très vite, les marques de luxe - un peu déboussolées par la morosité ambiante - observent avec envie ce mode de communication de crise. Ciblé alliant réactivité, utilisation du web version 2.0 (les Internautes créent certains des 4 500 slogans disponibles) et d'un réseau ciblé de trend-setters et de relais dans la presse, le buzz au final fait vendre. Aujourd'hui des T-shirts, pourquoi pas demain de la haute-joaillerie ou des sacs ? On vous avait averti. Ce garçon est plus sérieux qu'on ne le croit. Son élégance, c'est de camoufler, sous un sourire, le travail - un trait très Couture finalement. On n'échappe pas aussi facilement que cela à la fashion...


José Antonio Primo de Rivera


Yvon Lambert


Igor .. de Luz by Marc Matyjasik


Junko Koshino

Junko Koshino

Nicolas ... de Luz by Marc Matyjasik